Archives par mot-clé : transmission

De la question des outils pour l’enseignement

On ne le répètera peut-être jamais assez, la radio est un média particulièrement intéressant pour présenter un ouvrage ou évoquer des questions vives ou des controverses. Intéressant, parce que, en effet, il prend le temps du débat et de la réflexion, même si, parfois, les animateurs tendent à simplifier le propos en le reformulant trop rapidement. Nonobstant ces (petites) réserves, la preuve nous semble une nouvelle fois administrée par deux récentes émissions radiophoniques.9782843032585_1_m

L’émission du 4 mars 2015 de Rue des écoles, « Inégalités scolaires : les manuels sont-ils trop abstraits ? » (accès direct à l’émission en audio), était consacrée aux manuels scolaires et des supports pédagogiques actuels dont plusieurs recherches ont montré le caractère reproducteur des inégalités sociales dans l’espace scolaire, en favorisant, implicitement, un rapport aux savoirs préexistant, centré sur les habitudes socio-culturelles des parents les plus éduqués. Elle s’appuyait sur la récente parution d’un ouvrage collectif, récemment paru et dirigé par Stéphane Bonnéry, Supports pédagogiques et inégalités scolaires : études sociologiques (Paris : La Dispute, 2015). Cette émission fut l’occasion pour le directeur de l’ouvrage de préciser les contours de sa recherche et à aux invités, notamment Ph. Champy (ancien chercheur à l’INRP, co-directeur de l’important Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation – 3e éd. ; Paris: Retz, 2005 – et désormais éditeur) de pointer les difficultés inhérentes à l’élaboration des manuels scolaires qui, en raison de contraintes de temps essentiellement, ne sont pas réellement testés dans les classes et par les usagers, notamment les enseignants. Il regrette également que les livre(t)s de l’enseignant qui accompagnent souvent les manuels à destination des élèves ne fassent pas partie des objets d’investigations de l’ouvrage alors qu’ils constituent des auxiliaires didactiques important.
Pour élargir la réflexion on ajoutera que cette question des manuels et des outils pédagogiques a ceci d’important qu’elle ne dépend pas de la matérialité du support et que de ce point de vue, et contrairement aux apparences, toujours tenaces, le numérique n’est pas nécessairement plus égalitaire ni la garantie d’un accès plus démocratique au savoir. Lui aussi exige une instruction à son maniement et à ses usages. L’expression de Digital Natives par laquelle on veut désigner le fait que les jeunes gens et jeunes filles actuellement scolarisé-es sont né-es avec le numérique et sont donc familiers, ne doit pas occulter le fait que l’apprentissage de leur maniement est socialement différencié et que l’École a un rôle à jouer, pour éviter qu’elles-ils ne soient, au bout du compte, des digital naives.

*

Autre émission importante, celle du 9 mars 2015 de Continent sciences qui n’était pas consacrée à un ouvrage mais à une question ô combien socialement et scolairement vive, de l’enseignement de l’évolution : « De la difficulté d’enseigner que nous sommes des primates » (accès direct à l’émission en audio). Plus particulièrement elle aborde cette question par la perspective des outils, notamment numériques – nommément Internet – , dont usent les élèves à l’occasion des recherches documentaires qu’ils doivent mener. Ainsi, les mots-clés « théorie de l’évolution » sur un moteur de recherche les  élèves accèdent, à la fois, à des sites scientifiques et créationnistes. Pour certains élèves, c’est l’occasion de mettre en concurrence le savoir enseigné au sein de l’école et ce qui se dit hors de l’école. Cette confrontation conduit certains élèves quelles que soient leurs convictions religieuses à interroger  la validité de l’enseignement dispensé ou à préconiser le droit de chacun à croire ou non en l’évolution. Du point de vue de la laïcité il y a là un enjeu éducatif important. Les sciences sont objectives, elles exhibent leurs preuves. Elles rencontrent une dimension universelle dans leurs résultats. Leur moteur permanent est le principe du doute qu’elles appliquent à elles mêmes.

Pour aller plus loin, on renverra à l’ouvrage de Corinne Fortin, L’évolution à l’école : créationnisme contre darwinisme ? (Paris : A. Colin, 2009)
9782200350703_1_m