Archives par mot-clé : homme

Au bonheur de l’interdisciplinarité

Souvent invoquée comme une nécessité et parfois aussi requise comme le talisman de toute innovation possible – d’un point de vue essentiellement techno-bureaucratique – l’interdisciplinarité n’est pas aussi absente qu’on le pense et le dit avec une certaine complaisance médiatique, des pratiques quotidiennes de recherche. Bien au contraire. Mais ce qui est sur en revanche, c’est que ses conditions concrètes d’effectivité et ses réquisits, et notamment le premier d’entre eux, le temps, sont largement négligés voire plus simplement bafoués par l’institution. C’est que l’interdisciplinarité est avant tout une tâche et un processus qui réclament du temps, mais pas n’importe lequel : celui de la réflexion et non pas celui, plus étriqué, de l’argent aujourd’hui mis au centre de tout.arton190-f80bc

C’est de ce temps, libéré de cette maudite soif de l’or, du temps long de la maturation, d’un séminaire au long cours du laboratoire « junior » Environnement de l’homme vivant (EHVI) de l’ENS de Lyon, que résulte cet ouvrage collectif que nous proposent Barthélémy Durrive et Julie Henry : Redéfinir l’individu à partir de sa trajectoire : hasard, déterminismes et rencontres (Paris, Matériologiques, janvier 2015).

Sa proposition est séduisante. « De nombreuses disciplines s’intéressent à l’individu sans que l’individualité fasse l’objet d’une science dédiée. Et pour cause : le défi de connaître les réalités individuelles se pose à chaque fois de façon spécifique au biologiste, au sociologue, au philosophe, au praticien. Comment rendre compte dans son propre cadre disciplinaire de ce qui se joue à l’échelle et à la temporalité individuelles, sans pour autant réduire la singularité et le devenir des êtres auxquels on a affaire à une essence anhistorique, un système de dispositions, un concours de circonstances ou un programme génétique ? »

Pèse en effet, sur notre tradition de pensée occidentale la maxime d’Aristote selon laquelle il n’est de science possible que du général et qui semble du coup interdire l’idée même d’une réflexion sur une science du singulier, quoique certains, comme Yves Schwartz par exemple, ont eu le bonheur d’en poser la question (« Une science du sujet singulier est-elle possible ? » In Travail et philosophie : convocations mutuelles, Toulouse, Octarès, 1992, p. 215-236).

Aussi, le propos de cet ouvrage interdisciplinaire est-il « une invitation à croiser les perspectives sur la notion d’individu, les difficultés qu’elle pose et l’inventivité méthodologique dont elle est l’occasion. » Il vise également à esquisser « une définition de l’individu au prisme de ses trajectoires (biologiques, existentielles, sociales, éthiques) déterminées par des rencontres qui sont toujours en partie imprévisibles. » Gageons que ce « matérialisme de la rencontre » pour paraphraser Althusser dans ses derniers textes, procurera le plaisir des libres parcours dans le jardin (au sentiers qui bifurquent) de la connaissance.

Sommaire

Introduction

Barthélemy Durrive et Julie Henry

  1. Conditions méthodologiques et épistémologiques

La nécessité du contingent : rencontre et individuation chez Spinoza

Pascal Sévérac, MCF en philosophie à l’Université Paris-Est Créteil

Hasard et interactions entre niveaux d’organisation en biologie

Marcello Buiatti, chercheur en biologie à l’Université de Florence, et Giuseppe Longo, chercheur en mathématiques dans l’unité « Complexité et informations morphologique » de l’ENS-Ulm

L’individualité est-elle à chercher parmi les faits ? Un débat à partir de Bourdieu et Canguilhem

Barthélemy Durrive, doctorant en épistémologie de la médecine à l’ENS de Lyon et l’Université Lyon 1 Claude Bernard

  1. L’historicité à l’œuvre, déterminismes et contingence

Proposition pour réintroduire la subjectivité et l’historicité du patient dans le raisonnement thérapeutique

Stéphanie Bardy, pharmacien et doctorante en philosophie

Quel sort réserver au hasard selon la philosophie spinoziste ? Vers une définition historique des individus

Julie Henry, post-doctorante en philosophie dans le projet ANR ANTHROPOS (ENS de Lyon – Institut d’Histoire de la Pensée Classique)

En quoi Diderot n’était-il pas déterministe ? De la nécessité de la contingence

François Pépin, docteur en philosophie et professeur en CPGE au lycée Louis-le-Grand

  1. Trajectoires et rencontres

Through the bacterial looking glass : lorsque les bactéries nous invitent à repenser l’identité biologique

Livio Riboli-Sasco, docteur en biologie théorique, fondateur de l’Association Paris-Montagne, chargé de cours à Sciences-po Paris

Guérison et construction de l’individu

Serge Duperret, anesthésiste-réanimateur à l’hôpital de la Croix-Rousse (HCL) et doctorant en éthique dans l’EA 1610 (Paris-Sud)

Une singularité sans exemple : l’amitié comme rencontre

Ariel Suhamy, docteur en philosophie, responsable d’édition du site La Vie des idées

  1. Échelles, temporalités, causalité en biologie : quelles places pour l’individuel et le spécifique dans l’étude du vivant ?

Entretien entre Jean-Jacques Kupiec, chercheur en biologie et épistémologie au Centre Cavaillès (ENS-Ulm), et Michel Morange, PU de biologie à l’ENS-Ulm et l’Université Paris-Descartes

Postface

Philippe Huneman, chargé de recherches à l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques, et Guillaume Lecointre, Professeur en systématique au Museum National d’Histoire Naturelle