Allons aux jardins…

Créée en 1987 à l’initiative de chercheurs et d’enseignants en sciences sociales et biologiques, la Société d’écologie humaine (SEH) se veut un lieu d’échange et de dialogue pour tous ceux qui s’intéressent à l’étude des relations des hommes et de leur milieu de vie, selon une perspective pluridisciplinaire donc. À cette fin, elle organise des journées scientifiques annuelles qui constituent pour des spécialistes (chercheurs, acteurs) de champs différents, pour débattre sur des questions parfois situées aux marges de leurs disciplines respectives.

C’est dans ce cadre que la SEH s’est intéressé à la question du jardin et plus particulièrement encore, à la question des jardins dans la ville, à laquelle furent consacrées ses 22e journées en juin 2010 à Brest. L’ouvrage collectif qui vient de paraître en avril 2014 aux Presses universitaires de Rennes : Les jardins dans la ville : entre nature et culture sous la direction de Marie-Jo Menozzi recueille une partie des présentations à ces journées, reprises à l’occasion de cette publication.

1398241364

Selon une approche résolument pluri- et même interdisciplinaire – articulant géographie, sociologie, analyse paysagère, ethnologie, écologie, biologie, histoire, etc. –, la question des jardins est envisagée au travers de « trois prismes » pour ici reprendre les termes de la présentation, dont l’architecture de l’ouvrage rend compte : une première partie est ainsi consacrée à la question du lien entre « Jardins et paysages », une seconde au lien entre « Jardins et espaces de vie » et une troisième et dernière aux « Jardins, espaces de biodiversité ».

La diversité revendiquée de ces approches disciplinaires, permettent de croiser et de questionner la combinaison de différents facteurs et notamment des facteurs écologiques et sociologiques autour des jardins. S’y ajoute également l’accent mis sur la diversité des situations géographiques pour élargir le regard et mettre en perspective l’évolution des jardins en France et dans le monde. On trouve ainsi, et entre autres contributions, des études sur « Le jardin créole à Fort-de-France » (Jean-Valéry Marc et Denis Martouzet), les « Community Gardens » à New-York (Sandrine Baudry) ou encore sur la structure et la typologie des jardins réunionnais de la Ravine des Cabris (Dominique Soulanc, Daniel Bley, Maryse Gaimard et Nicole Vernazza-Licht).

On signalera enfin, la contribution « philosophique » d’Eric Faure « Épicure ou la philosophie du Jardin », qui nous rappelle que la question de la nature et des liens de l’humanité à cette dernière, est assurément l’une des premières que l’humanité a du se poser. On précisera à ce propos que le thème du jardin comme le vocabulaire horticole qui lui est associé, sont centraux dans la réflexion occidentale sur l’Éducation, comme il peut se voir dans les travaux de Comenius (Jan Amos Komensky) pour qui l’institution scolaire est apparenté à une sorte de jardin.

Introduction (•) Table des matières (•) Présentation des auteurs

*

Deux lectures connexes et complémentaires

Le dossier « Nature urbanisées » de la revue Ethnologie française (2010, vol. 40, n°4)

Une étude forte intéressante de Magali Paris, paysagiste, maître-assistante associée à l’École nationale supérieure d’Architecture de Grenoble et chercheure associée au laboratoire Cresson, consacrée aux jardins domestiques : « Montre-moi ton jardin et je te dirait comment tu habites »



Citer ce billet
Vincent Charbonnier (2014, 21 mai). Allons aux jardins…. Textures des savoirs. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uq1x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.