La vie et le vivant en débat

C’est un bel ouvrage, aux deux sens du terme, que ce livre publié sous la direction de Jean-Jacques Kupiec, lequel propose une synthèse originale sur les sciences du vivant aujourd’hui. Son originalité réside en ce qu’il est issu d’un séminaire au long cours – sept années – et résolument interdisciplinaire, réunissant des biologistes, des historiens, des philosophes. S’agissant d’un ouvrage collectif, les essais qu’il rassemble disposent d’une autonomie relative mais s’entrelacent aussi bien qu’ils se répondent. Les textes s’organisent selon une double perspective historique et théorique, chaque dimension n’excluant pas l’autre.

Un premier ensemble de textes envisage l’histoire des disciplines les plus importantes des sciences du vivant : Michel Morange, « Comment la biologie est devenue moléculaire ? » ; Camille Danzon, « La génétique : naissance d’une science de l’hérédité à l’aube du xxe siècle » ; Anne-Marie-Moulin, « Histoire croisée de la microbiologie et de l’immunologie » ; Jean-Claude Dupont, « L’embryologie : histoire et perspectives » ; Jean-Jacques Kupiec, « Histoire de l’évolution : un long fleuve tranquille ? » ; Patrick Matagne, « Naissance de l’écologie ».

Une seconde série propose une analyse de concepts fondamentaux ou centraux dans les sciences du vivant, sources de débats et de discussion dans le champ des sciences du vivant comme dans celui de ses réflexions philosophiques, plurielles. On notera que plusieurs niveaux de réalité sont investigués, des plus micro aux plus macro : M. Morange, « Peut-on définir la vie ? » ; Gérard Lambert et Marc Silberstein, « À la recherche de l’unité du vivant : la théorie cellulaire » ; Richard M. Burian, « Qu’est-ce qu’un gène : la fin d’une évidence ? » ; Thomas Heams, « Existe t-il un programme6148_vie_couv.indd génétique ? » ; Thomas Pradeu, « Critique du soi et du non-soi en immunologie » ; Jean-Gaël Barbara, « La physiologie : vers une nouvelle interdisciplinarité ? » ; Matteo Mossio, « Qu’est-ce qu’une fonction biologique ? » ; Charles T. Wolfe, « L’organisme : un concept hybride et polémique » ; Guillaume Lecointre, « Classer les espèces : une question cruciale de la biologie » ; P. Matagne, « L’écosystème : une notion qui pose problème ».

S’agissant d’un ouvrage collectif, les textes disposent d’une relative autonomie, en termes de tonalité épistémologique, théorique et stylistique. Et cette diversité est fructueuse en ce qu’elle montre in actu la réalité et la vitalité d’un champ de recherches qui se questionne et qui questionne aussi la philosophie et l’histoire des sciences.

 

Jean-Jacques Kupiec (dir.), La vie et alors ? Débats passionnés d’hier et aujourd’hui. Paris : Belin 2013, 415 p. (Pour la science).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.