[Parution] De l’histoire naturelle aux SVT

Avant-propos
(présentation de l’éditeur)

Au-delà de structurer la pensée, de l’enrichir, ce à quoi peuvent prétendre toutes les disciplines d’enseignement du secondaire, singulièrement les sciences de la vie et de la Terre amorcent et fondent la pensée. L’embryon du savoir est naturaliste, il émerge dès les premiers questionnements de l’enfant sur le monde qui l’entoure. Appréhender la vie par les sens, l’affect, est naturellement le lot de chacun ; passer à une appréhension rationnelle de la vie met en jeu une démarche. Ce passage est profondément constitutif de la tranche d’âge 11-18 ans, une aide est alors nécessaire et le passeur désigné est l’enseignement des sciences naturelles.HistoireNaturelleSVT

Notre longue pratique d’enseignants en collège, en lycée ou à l’université, nous a convaincus que la discipline « sciences naturelles » est singulière. Cette singularité a plusieurs dimensions : la dimension « contenus et méthodes » relativement facile à cerner mais aussi une dimension plus obscure et plus fondamentale inhérente à la nature même de l’objet d’étude. Or, la simple évocation de cette particularité déclenche trop souvent des manifestations de dérision, d’incompréhension, d’agacement voire d’hostilité y compris dans le milieu enseignant. Pourquoi ?

Généralistes dans l’enseignement secondaire et spécialiste dans l’enseignement supérieur, ce constat nous a conduits à rechercher l’origine des diverses résistances rencontrées par notre discipline. Aller aux sources de cette discipline d’enseignement des sciences de la vie et de la Terre devrait nous permettre de dépasser ces questions et de clarifier les enjeux idéologiques qui l’enveloppent. Ce travail de recherche de documents, de démarche de contextualisation et de conceptualisation nous a introduits, nous naturalistes, dans le domaine de l’historien ; les méthodes de la recherche historique nous ont objectivement fait défaut. Mais forts de nos engagements professionnels, nous avons investi ce domaine d’étude et par ce travail, nous espérons apporter un outil pour les chercheurs. Nous avons plongé dans l’univers éducatif avec les sciences naturelles comme éclairage, ce fut éprouvant mais passionnant.

Ce travail n’aurait pas abouti sans l’aide de nombreuses personnes que nous souhaitons remercier vivement ici : tout particulièrement M. Mogenet, Mme Vernet, M. Lacassié et Mme Pédotti qui nous ont facilité l’accès aux publications anciennes de l’UDN-APBG ; le personnel de la bibliothèque parisienne de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP), le personnel du Centre national de la documentaion pédagogique (CNDP) de la rue Jacob à Paris qui nous ont guidé avec patience dans l’utilisation de leur riche documentation ; Mme Moline pour le prêt d’anciens manuels du XIXe siècle. Nous remercions très vivement Mme Annette Krakovski et M. Guillaume Lecointre qui ont accepté de préfacer notre ouvrage ainsi que pour leurs conseils avisés. Notre reconnaissance va à Alain Prévot et Annie Audoux qui, avec leur équipe éditoriale nous ont aidés et conseillés pour la préparation technique du manuscrit.

*     *     *

Sommaire

Préfaces
Introduction

  • Chapitre 1 : Aperçu historique des savoirs scientifiques et de leur transmission dans le pourtour méditerranéen
  • Chapitre 2 : Deux siècles de contenus d’enseignement des sciences naturelles. Des adaptations conjoncturelles
    1789-1802 : Naissance d’une discipline, l’histoire naturelle
    1802-1848 : L’histoire naturelle sous le contrôle des conservatismes
    1848-1902 : De l’histoire naturelle aux sciences naturelles
    Une révolution pédagogique, essor de l’enseignement spécial (1848-1879)
    Vers l’unification du secondaire (1879-1902). Institutionnalisation de l’enseignement secondaire féminin
    1902-1945 : Unification du secondaire. Les sciences naturelles normalisées
    1945-1968 : Une embellie des sciences naturelles dans le secondaire
    1968-2000 : La déstabilisation des sciences naturelles
  • Chapitre 3 : Les sciences naturelles, discipline socialement vive, à la recherche des obstacles à son enseignement
    Reproduction, information et éducation sexuelles
    L’écologie
    L’évolution
    La géologie
    Conclusion
  • Annexes
    Annexe 1 : Maladie de la « vache folle »
    Annexe 2 : Le Muséum, une institution pédagogique historique
    Annexe 3 : Arrêté du 4 septembre 1840
    Annexe 4 : Les conseils de classe et les conseils d’enseignement
    Annexe 5 : Dans l’élan de mai 68, témoignage de Annette Krakowski
    Annexe 6 : Éducation à l’environnement
    Annexe 7 : Créationnistes et créationnisme
  • Bibliographie
    Liste des encadrés
    Liste des annexes externes
    Liste des documents externes
    Sigles

Cercle de philosophie des sciences du vivant

Crée au sein de l’université de Toulouse Jean Jaurès, ce groupe interdisciplinaire est dédié à la recherche et à la diffusion des nouvelles formes d’intégration et développement des connaissances autour de la philosophie des sciences du vivant. Il s’agit de créer une plate-forme de recherche et d’accueil qui puisse réunir des étudiants, enseignants, chercheurs et professionnels de tous domaines, dans le but de générer des instances de réflexion critique manifestées au sein de divers ateliers, colloques, séminaires ou publications, sur les problématiques actuelles du monde scientifique, ayant trait non seulement aux relations entre la philosophie et la biologie, mais aussi avec la volonté affichée de créer des ponts de dialogue entre d’autres disciplines scientifiques réunies autour des problématiques des sciences du vivant

Membres | Axes de recherche | Activités | Contact

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

Cette célèbre formule de Rabelais dans Pantagruel constituerait un juste complément au titre du dernier ouvrage d’Annie Thébaud-Mony, La science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs (Paris : La Découverte, 2014). Car c’est bien de l’humanité et, plus encore de sa sur-vie en ceATM_Science-asservie couv début de XXIe siècle, qu’il est question dans cet ouvrage, aussi sobre que documenté et dont on pourra lire une excellente recension sous la plume de Christian Baudelot, « Un Livre d’amour et de combats ».
Pour ne donc pas répéter ce qui a déjà été (bien) dit, nous nous limiterons ici à quelques réflexions à partir de son propos général. Ce dernier peut être résumé sous la double forme d’un constat et d’un appel.

Un constat c’est que la science, ou mieux la rationalité scientifique, qui s’est considérablement développée et ramifiée dans les années d’après la seconde guerre mondiale, est en réalité une rationalité instrumentale exclusivement orientée par « les besoins d’une croissance financière à très court terme » (p. 12) ou bien, de manière plus prosaïque mais plus précise, par l’exigence du profit (immédiat) [1]. Forte de constat, l’auteure analyse et montre de manière à la fois convaincante et précise comment, au travers de quatre exemples de dispositifs et d’usages socio-techniques (le plomb dans l’essence, l’amiante, le nucléaire du militaire au civil, et la chimie industrielle), « les scientifiques, dans leur majorité, ont été amenés à s’inscrire dans un processus de confiscation et de corruption de la science au service des intérêts privés de grands groupes industriels et de leur actionnaires avec la complicité active de l’État. » (Ibid.).
D’où cet appel, qui est aussi une démonstration rigoureuse, de la possibilité concrète d’une science que l’on pourra qualifier de civile [2], plutôt que « citoyenne », le terme étant aujourd’hui complètement galvaudé. Il ne s’agit pas seulement de « mettre ensemble » des protagonistes issus de plusieurs mondes (scientifique, technique, politique, etc.) pour discuter dans des espaces hybrides mais bien de collaborer au sens propre de co-élaborer, conjointement un savoir et une expertise partagé-e-s, d’engager des « démarches scientifiques alternatives qui mettent en synergie des savoirs complémentaires » (p. 13).

Une première réflexion porte sur ce que l’auteure nomme « la stratégie du doute », soutenue par l’usage de la méthode statistique, par définition probabiliste, dans la construction du savoir épidémiologique. En élaborant des agrégats de données qui, de manière nécessaire, effacent la singularité des cas – ce qui n’implique aucunement, de manière symétrique, l’exaltation de la singularité, qui demeure certes insubstituable mais en tant, précisément, qu’elle appartient à une collectivité qui lui donne sens (cf. infra) –, la méthode statistique anonyme certes et dispose d’un fort pouvoir de persuasion et de créance, d’autant plus fort qu’il est revêtu du chrême de la science.

Prenant le cas du cancer, dont l’auteure souligne que la croissance du nombre de cas est proprement vertigineuse au cours du xxe siècle, elle souligne que la méthode statistique-probabiliste est devenue l’outil exclusif de l’épidémiologie de la causalité du cancer et qu’elle fait de l’incertitude, voire de l’ignorance (cf. Proctor & Girel, 2013 ; Girel, 2013 ; nous y reviendrons à l’occasion d’un autre billet), un régime « normal » – normal au double sens de normatif et de normalisateur – de la science et plus exactement encore du complexe techno-scientifique industriel contemporain qui la soutient.
Car cette incertitude ne résulte pas d’une indécidabilité liée à l’état de nos savoirs. Au contraire, elle est fabriquée, socialement et culturellement. Il est ainsi prouvé que certaines substances sont cancérogènes et la considération qu’il y aurait des seuils acceptables à leur exposition, ne relève aucunement de la véridiction scientifique, mais bien d’une décision culturelle, sociale, et de manière plus fondamentale et essentielle, d’une décision économique, dont A. Thébaud-Mony nous propose quelques exemples, plutôt révoltants d’ailleurs. Comme l’erreur, l’horreur est humaine aussi, et persévérer encore plus diabolique en effet.
Si le cancer s’origine profondément dans le vivant, au niveau cellulaire, il s’inscrit, au propre comme au figuré, dans la trajectoire biographique de chaque individu et à la croisée de deux histoires : celle des multiples atteintes liées à sa vie professionnelle et subséquemment celles des réactions et réponses de son organisme à ces atteintes multiples, en définitive covalentes. Le développement du cancer – « l’oncogénie » – est le fruit amer de ces deux histoires – « professionnelle » et « résidentielle » pour ici reprendre les termes de l’auteure –, par définition variables, et dès lors également, fonction de la singularité de chaque individu.
En raison même de sa dimension probabiliste, le traitement statistique des données récuse non seulement cette historicité mais aussi cette singularité, encore une fois le fruit de deux histoires, en l’anonymant au travers d’agrégations précisément dénuées de nom… Comme elle l’écrit, citant à l’appui le physicien Roger Belbéoch, « il faut changer de regard et ne pas raisonner en référence à un “nombre de cancers”, mais plutôt soulever question, beaucoup plus concrète et redoutable, “combien de cancéreux ?” » (p. 132)

Précisément, et c’est la seconde réflexion, on constate qu’à l’effacement statistique de l’individu est juxtaposé, en particulier dans la recherche des causes du cancer, une convocation de l’individu comme étant, in fine, la cause et la raison des maux qui l’affectent (le cancer du poumon comme cancer du fumeur, en précisant aussitôt que cela ne veut pas dire que fumer ne contribue pas aux cancers des voies respiratoires). Cette recentration sur l’individu a pour effet de redoubler l’anonymat évoqué plus tôt puisque, par exemple, le fait d’avoir été fumeur occulte les conséquences de l’exposition de l’organisme des individus aux substances utilisées dans le cadre professionnel… et oblitère en passant les questions de santé au travail [3]. Cette focalisation sur l’individu masque aussi le caractère foncièrement social des inégalités de santé et donc aussi les profondes inégalités sociales devant la mort.

Une troisième réflexion a trait aux usages de la science et en particulier la fabrication de l’incertitude et aussi de l’ignorance (nous y reviendrons à l’occasion d’un prochain billet). Certes la science n’est pas figée, elle est « en mouvement » et ne peut effectivement épuiser la totalité du réel. Mais si la science ne peut pas effectivement pas tout elle n’est pas innocente pour autant. Elle sait aussi ce qu’elle ne sait pas encore et peut donc s’organiser pour dissiper les nuées de l’incertitude. Aussi l’usage de l’incertitude et de l’ignorance relève t-il clairement du champ culturel et social, et pour tout dire politique, au sens premier de la cité, de la collectivité humaine. L’ignorance qui n’est d’ailleurs pas un argument, n’est donc pas un résidu mais bien un produit historique et culturel devenue une opportune commodité de pensée pour les industriels et les scientifiques qui acceptent ou consentent à leur soumission.
Cette politique de l’ignorance et de l’incertitude alimente le creusement d’une séparation entre les expertises, selon qu’elles viennent du champ scientifique, quoique largement colonisé par les impératifs économiques et industriels, et celles émanant des professionnels en exercice, déconsidérant les unes, estimées non-scientifiques au profit des autres. Or, l’expertise acquise par les professionnels n’est pas moins illégitime ni scientifique que celles frappées du sceau officiel de la science. Elle l’est différemment. Ajoutons, pour finir, que se diffuse largement dans les curricula liés à l’Éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD), cette idée du caractère indécidable de certaines questions scientifiques, en réalité des questions socio-économico-politico-scientifiques, relayant ainsi l’incertitude comme étant une donnée strictement scientifique alors qu’elle est aussi et surtout une construction socio-historique à considérer comme telle (voir Foucart, 2012). Au fond, et comme l’histoire, la science seule ne « fait rien », elle ne fait rien sans la politique et la société qui la portent. L’horreur est bien humaine et science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Telle est notre responsabilité en effet. Et elle est collective…

 Pour aller plus loin
Georges Canguilhem, Écrits sur la médecine. Paris : Éd. du Seuil, 2002.
Collectif, Partager la science : l’illetrisme scientifique en question. Arles ; Paris : Actes Sud ; IHEST, 2013.
Stéphane Foucart, « Aux sources du populisme climatique », Critique, 2012, n° 776-777, p. 178-191.
Mathias Girel, « Agnotologie : mode d’emploi », Critique, 2013, n° 799, p. 964-977.
Robert N. Proctor & Mathias Girel, « Robert Proctor et la production de l’ignorance », Critique, 2013, n° 799, p. 992-1005.

Notes
[1]
. Cette rationalité ne scelle pas seulement une alliance du capital et de la science mais bien une incorporation de l’une à l’autre, redoublée par l’idée que la science est, sinon émancipatrice, au moins libératrice de certaines servitudes de la condition humaine. Le poids économique acquis par le secteur des biotechnologies, en y incluant l’industrie chimique et celle du médicament pour ne prendre qu’elles, est à cet égard révélateur.

[2]. Au sens que l’humanisme italien donne à ce terme et à celui que lui confère Alberto Moravia quand il qualifie Pier Paolo Pasolini de « poète civil », d’une science pour le bien commun.

[3]. La maladie est ainsi abstraite de sa dimension sociale, du point de vue de sa genèse. Elle est un produit strictement biologico-biologique sur lequel l’individualité est forclose. Outre la seconde partie du présent ouvrage, voir ses autres travaux : Travailler peut nuire gravement à votre santé (2007) ainsi que ses ouvrages collectifs : Santé au travail : approches critiques avec V. Daubas-Letourneux, N. Frigul et P. Jobin (2012)  et Les risques du travail : pour ne pas perdre sa vie à la gagner  avec P. Davezies, L. Vogel et alii (2015).

 

De la question des outils pour l’enseignement

On ne le répètera peut-être jamais assez, la radio est un média particulièrement intéressant pour présenter un ouvrage ou évoquer des questions vives ou des controverses. Intéressant, parce que, en effet, il prend le temps du débat et de la réflexion, même si, parfois, les animateurs tendent à simplifier le propos en le reformulant trop rapidement. Nonobstant ces (petites) réserves, la preuve nous semble une nouvelle fois administrée par deux récentes émissions radiophoniques.9782843032585_1_m

L’émission du 4 mars 2015 de Rue des écoles, « Inégalités scolaires : les manuels sont-ils trop abstraits ? » (accès direct à l’émission en audio), était consacrée aux manuels scolaires et des supports pédagogiques actuels dont plusieurs recherches ont montré le caractère reproducteur des inégalités sociales dans l’espace scolaire, en favorisant, implicitement, un rapport aux savoirs préexistant, centré sur les habitudes socio-culturelles des parents les plus éduqués. Elle s’appuyait sur la récente parution d’un ouvrage collectif, récemment paru et dirigé par Stéphane Bonnéry, Supports pédagogiques et inégalités scolaires : études sociologiques (Paris : La Dispute, 2015). Cette émission fut l’occasion pour le directeur de l’ouvrage de préciser les contours de sa recherche et à aux invités, notamment Ph. Champy (ancien chercheur à l’INRP, co-directeur de l’important Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation – 3e éd. ; Paris: Retz, 2005 – et désormais éditeur) de pointer les difficultés inhérentes à l’élaboration des manuels scolaires qui, en raison de contraintes de temps essentiellement, ne sont pas réellement testés dans les classes et par les usagers, notamment les enseignants. Il regrette également que les livre(t)s de l’enseignant qui accompagnent souvent les manuels à destination des élèves ne fassent pas partie des objets d’investigations de l’ouvrage alors qu’ils constituent des auxiliaires didactiques important.
Pour élargir la réflexion on ajoutera que cette question des manuels et des outils pédagogiques a ceci d’important qu’elle ne dépend pas de la matérialité du support et que de ce point de vue, et contrairement aux apparences, toujours tenaces, le numérique n’est pas nécessairement plus égalitaire ni la garantie d’un accès plus démocratique au savoir. Lui aussi exige une instruction à son maniement et à ses usages. L’expression de Digital Natives par laquelle on veut désigner le fait que les jeunes gens et jeunes filles actuellement scolarisé-es sont né-es avec le numérique et sont donc familiers, ne doit pas occulter le fait que l’apprentissage de leur maniement est socialement différencié et que l’École a un rôle à jouer, pour éviter qu’elles-ils ne soient, au bout du compte, des digital naives.

*

Autre émission importante, celle du 9 mars 2015 de Continent sciences qui n’était pas consacrée à un ouvrage mais à une question ô combien socialement et scolairement vive, de l’enseignement de l’évolution : « De la difficulté d’enseigner que nous sommes des primates » (accès direct à l’émission en audio). Plus particulièrement elle aborde cette question par la perspective des outils, notamment numériques – nommément Internet – , dont usent les élèves à l’occasion des recherches documentaires qu’ils doivent mener. Ainsi, les mots-clés « théorie de l’évolution » sur un moteur de recherche les  élèves accèdent, à la fois, à des sites scientifiques et créationnistes. Pour certains élèves, c’est l’occasion de mettre en concurrence le savoir enseigné au sein de l’école et ce qui se dit hors de l’école. Cette confrontation conduit certains élèves quelles que soient leurs convictions religieuses à interroger  la validité de l’enseignement dispensé ou à préconiser le droit de chacun à croire ou non en l’évolution. Du point de vue de la laïcité il y a là un enjeu éducatif important. Les sciences sont objectives, elles exhibent leurs preuves. Elles rencontrent une dimension universelle dans leurs résultats. Leur moteur permanent est le principe du doute qu’elles appliquent à elles mêmes.

Pour aller plus loin, on renverra à l’ouvrage de Corinne Fortin, L’évolution à l’école : créationnisme contre darwinisme ? (Paris : A. Colin, 2009)
9782200350703_1_m

 

 

Au bonheur de l’interdisciplinarité

Souvent invoquée comme une nécessité et parfois aussi requise comme le talisman de toute innovation possible – d’un point de vue essentiellement techno-bureaucratique – l’interdisciplinarité n’est pas aussi absente qu’on le pense et le dit avec une certaine complaisance médiatique, des pratiques quotidiennes de recherche. Bien au contraire. Mais ce qui est sur en revanche, c’est que ses conditions concrètes d’effectivité et ses réquisits, et notamment le premier d’entre eux, le temps, sont largement négligés voire plus simplement bafoués par l’institution. C’est que l’interdisciplinarité est avant tout une tâche et un processus qui réclament du temps, mais pas n’importe lequel : celui de la réflexion et non pas celui, plus étriqué, de l’argent aujourd’hui mis au centre de tout.arton190-f80bc

C’est de ce temps, libéré de cette maudite soif de l’or, du temps long de la maturation, d’un séminaire au long cours du laboratoire « junior » Environnement de l’homme vivant (EHVI) de l’ENS de Lyon, que résulte cet ouvrage collectif que nous proposent Barthélémy Durrive et Julie Henry : Redéfinir l’individu à partir de sa trajectoire : hasard, déterminismes et rencontres (Paris, Matériologiques, janvier 2015).

Sa proposition est séduisante. « De nombreuses disciplines s’intéressent à l’individu sans que l’individualité fasse l’objet d’une science dédiée. Et pour cause : le défi de connaître les réalités individuelles se pose à chaque fois de façon spécifique au biologiste, au sociologue, au philosophe, au praticien. Comment rendre compte dans son propre cadre disciplinaire de ce qui se joue à l’échelle et à la temporalité individuelles, sans pour autant réduire la singularité et le devenir des êtres auxquels on a affaire à une essence anhistorique, un système de dispositions, un concours de circonstances ou un programme génétique ? »

Pèse en effet, sur notre tradition de pensée occidentale la maxime d’Aristote selon laquelle il n’est de science possible que du général et qui semble du coup interdire l’idée même d’une réflexion sur une science du singulier, quoique certains, comme Yves Schwartz par exemple, ont eu le bonheur d’en poser la question (« Une science du sujet singulier est-elle possible ? » In Travail et philosophie : convocations mutuelles, Toulouse, Octarès, 1992, p. 215-236).

Aussi, le propos de cet ouvrage interdisciplinaire est-il « une invitation à croiser les perspectives sur la notion d’individu, les difficultés qu’elle pose et l’inventivité méthodologique dont elle est l’occasion. » Il vise également à esquisser « une définition de l’individu au prisme de ses trajectoires (biologiques, existentielles, sociales, éthiques) déterminées par des rencontres qui sont toujours en partie imprévisibles. » Gageons que ce « matérialisme de la rencontre » pour paraphraser Althusser dans ses derniers textes, procurera le plaisir des libres parcours dans le jardin (au sentiers qui bifurquent) de la connaissance.

Sommaire

Introduction

Barthélemy Durrive et Julie Henry

  1. Conditions méthodologiques et épistémologiques

La nécessité du contingent : rencontre et individuation chez Spinoza

Pascal Sévérac, MCF en philosophie à l’Université Paris-Est Créteil

Hasard et interactions entre niveaux d’organisation en biologie

Marcello Buiatti, chercheur en biologie à l’Université de Florence, et Giuseppe Longo, chercheur en mathématiques dans l’unité « Complexité et informations morphologique » de l’ENS-Ulm

L’individualité est-elle à chercher parmi les faits ? Un débat à partir de Bourdieu et Canguilhem

Barthélemy Durrive, doctorant en épistémologie de la médecine à l’ENS de Lyon et l’Université Lyon 1 Claude Bernard

  1. L’historicité à l’œuvre, déterminismes et contingence

Proposition pour réintroduire la subjectivité et l’historicité du patient dans le raisonnement thérapeutique

Stéphanie Bardy, pharmacien et doctorante en philosophie

Quel sort réserver au hasard selon la philosophie spinoziste ? Vers une définition historique des individus

Julie Henry, post-doctorante en philosophie dans le projet ANR ANTHROPOS (ENS de Lyon – Institut d’Histoire de la Pensée Classique)

En quoi Diderot n’était-il pas déterministe ? De la nécessité de la contingence

François Pépin, docteur en philosophie et professeur en CPGE au lycée Louis-le-Grand

  1. Trajectoires et rencontres

Through the bacterial looking glass : lorsque les bactéries nous invitent à repenser l’identité biologique

Livio Riboli-Sasco, docteur en biologie théorique, fondateur de l’Association Paris-Montagne, chargé de cours à Sciences-po Paris

Guérison et construction de l’individu

Serge Duperret, anesthésiste-réanimateur à l’hôpital de la Croix-Rousse (HCL) et doctorant en éthique dans l’EA 1610 (Paris-Sud)

Une singularité sans exemple : l’amitié comme rencontre

Ariel Suhamy, docteur en philosophie, responsable d’édition du site La Vie des idées

  1. Échelles, temporalités, causalité en biologie : quelles places pour l’individuel et le spécifique dans l’étude du vivant ?

Entretien entre Jean-Jacques Kupiec, chercheur en biologie et épistémologie au Centre Cavaillès (ENS-Ulm), et Michel Morange, PU de biologie à l’ENS-Ulm et l’Université Paris-Descartes

Postface

Philippe Huneman, chargé de recherches à l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques, et Guillaume Lecointre, Professeur en systématique au Museum National d’Histoire Naturelle

Cognition froide ou cognition chaude ?

Les ouvrages ne manquent pas, des sciences cognitives, pour traiter de questions d’éducation, et plus particulièrement encore des « difficultés » d’éducation. En volume, la bibliographie est impressionnante et va même croissant. Mais elle est aussi très disparate finalement, entre recherches scientifiques, essais de vulgarisation scientifique, émanant généralement de médecins qui, en raison de leurs compétences professionnelles interviennent dans le débat – explicitant ainsi ce que Sébastien Lemerle a pu formuler dans son ouvrage Le singe, le gène et le neurone : du retour du biologisme en France dont nous avons parlé dans un précédent billet.

E. Pasquinelli | Du labo à l'écoleDe ce point de vue, le présent ouvrage n’échappe pas à ce qui paraît être la règle, implicite mais forte, pour ne pas dire plus, du paradigme aujourd’hui dominant des sciences cognitives en France et ailleurs. Ce paradigme, qui a pour lui force de l’apparence, est d’abord celui d’une naturalisation de la cognition et de l’esprit, indissociable d’une forme de positivisme, qui pour être subtile n’en demeure pas moins du positivisme. Ce positivisme s’exprime dans une identification, finalement banale et pour ainsi dire usuelle, de la science aux seules sciences « dures » (du vivant, de la matière, de l’ingénieur pour ici reprendre les grands découpages institutionnels), à l’image culturelle et sociale véhiculée dans l’imaginaire collectif des sociétés occidentales depuis plusieurs siècles maintenant et rarement démentie.

Mais plus encore que ce positivisme, usuel voire résiduel, ce qui pose problème tout au long de l’ouvrage c’est, encore une fois, cette naturalisation de l’esprit et de la cognition, dont la réciproque nécessaire est d’ailleurs celle, symétrique, du corps (comme si le corps n’était qu’une machine organique, asociale ou plutôt superficiellement socialisée). Cette naturalisation conduit à une réduction sans reste de la subjectivité à la cognition oblitérant littéralement les composantes sociales, culturelles de toute activité d’appropriation cognitive, qui lui sont pourtant co-essentielles. Car ces dimensions sont des filtres réels et non pas de simples calques théoriques qu’il suffirait de mettre de côté ou de ne pas convoquer pour accéder à la chose même. Autrement dit, les difficultés d’apprentissage ne sont pas que des difficultés « techniques » mais engagent bien plutôt le sujet dans toute son épaisseur ontologique, c’est-à-dire non pas seulement sa matérialité organique, physique et psychique d’individu biologique, mais bien dans son inscription et dans son appropriation subjective(ment) et donc historique(ment) sociale, culturelle, etc., du réel qui l’entoure et dont il est aussi fait. Comme l’écrit Merleau-Ponty dans L’Œil et l’esprit (Paris : Gallimard, 1992, p. 19) : « mon corps est au nombre des choses, il est l’une d’elles, il est pris dans le tissu du monde ».

Elena Pasquinelli, Du labo à l’école : science et apprentissage.
Paris : Éd. Le Pommier, 2014. – Essai, 575 p.

Pour élargir le questionnement, et s’émanciper des limites de ce « programme fort » d’une naturalisation de l’esprit, on pourra consulter avec profit les deux ouvrages suivants qui problématisent de manière plus ouverte la question des apprentissages : René La Borderie, Nicolas Sembel, Jacques Paty, Les sciences cognitives et l’éducation. Paris : Nathan, 2000 ainsi que l’ouvrage collectif de Michèle Kail & Michel Fayol (dir.), Les sciences cognitives et l’école : la question des apprentissages. Paris ; PUF, 2003, qui est le fruit d’une Action concertée incitative (ACI) « École et Sciences cognitives ».

récré-action

De manière régulière, paraît au Bulletin officiel de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, les avis de la Commission générale de terminologie et de néologie, lesquels sont d’abord publiés au Journal Officiel. Cette commission est en fait constituée de plusieurs commissions spécialisées selon des grands champs disciplinaires et sa première mission, technique, est de proposer des équivalents français aux termes « importés », essentiellement de l’anglais (quoique les autres langues ne soient pas absentes mais sont, il est vrai, beaucoup plus rares) dans le vocabulaire scientifique. Outre cette mission « technique » d’enrichissement du vocabulaire spécialisé par la création terminologique et la néologie, elle a aussi pour mission, plus politique cette fois, de participer au développement de la francophonie.

Hors de tout nationalisme linguistique, toujours un peu suspect et de peu d’intérêt finalement, le grand intérêt de ce travail réside non pas seulement dans le syntagme proposé à titre d’équivalent, mais dans l’explicitation du choix terminologique et néologique, dans les connexions sémantiques du terme qui sont indiquées et aussi, ce qui n’est pas le moindre, des équivalents dans d’autres langues étrangères

Pour n’en prendre qu’un exemple, le terme « féminicide » pour désigner l’« Homicide d’une femme, d’une jeune fille ou d’une enfant en raison de son sexe », dont il précisé qu’il peut, malheureusement, « désigner un meurtre à caractère individuel ou systématique » et auquel est d’ailleurs lié le terme, peut-être plus exact ou plus ajusté, bien que d’un empan plus large d’« homicide sexiste », qui désigne quant à lui l’« Homicide d’une personne en raison de son sexe ou de son orientation sexuelle » et dont il est proposé, pour « équivalent étranger », les termes, espagnols, de crimen de género ou anglais de gendercide

Pierres de patience

Le temps déborde dit le poète. Et, en effet, il a raison. La « rentrée », cet étonnant sable mouvant temporel entre la vacance finissante et la préparation à l’assaut de la nouvelle année s’est largement plus étendu que nous l’avions souhaité en sus des petites misères du concret – la perte d’un matériel informatique, dépositaire moderne, mais ô combien fragile, de notre mémoire.

DSCF0363

Pour donc véritablement re-commencer, on se bornera ici à quelques indications de documents revues et monographies, qui viennent de paraître, qui ont retenu notre attention et sur lesquelles nous allons revenir dans de prochains billets. Une pierre d’attente donc, ou de patience sinon.

  • Elena Pasquinelli, Du labo à l’école : science et apprentissage. Paris : Le Pommier, 2014.
    « Pourquoi enseigner la science aux enfants est-il si important ? Et comment le faire, dès le plus jeune âge ? Pour enseigner les sciences, connaître les sciences n’est pas suffisant, pour que l’éducation aux sciences atteigne son but, elle doit mieux connaître ce qui se passe dans la tête des enfants quand ils font de la science. »
  • Bertrand Daugeron et Armelle Le Goff (coord.), Penser, classer, administrer : pour une histoire croisée des collections scientifiques. Paris : Publications scientifiques du MNHN ; Comité des travaux historiques et scientifiques, 2014.
    Un magnifique et passionnant ouvrage collectif sur l’histoire des collections scientifiques, leur administration et leur appui pour renouveler l’histoire de l’anthropologie.
  • Recherches en didactique des sciences et des technologies, 2014, n° 9 : « Jean-Pierre Astolfi : échos dans les recherches d’aujourd’hui », sous la direction de Brigitte Peterfalvi et Patricia Scheeberger (Lyon : ENS éditions).
    Un numéro consacré, comme son titre l’indique, au travail de J.-P. Astolfi dans le champ de la didactique des sciences à la construction duquel il a beaucoup contribué, en particulier dans le cadre, que l’on doit aujourd’hui regretter, de l’Institut national de recherche pédagogique.
  • Sciences de la société, 2013, n° 89 : « De l’infra-ordinaire de la recherche : archives, mémoires et patrimoine scientifique », coordonné par Muriel Lefebvre (Toulouse : Presses universitaires du Mirail).Ce numéro entend prolonger le questionnement sur les pratiques scientifiques à partir des traces matérielles produites quotidiennement par les chercheurs dans leurs activités, à côté des publications « formelles ». Négligées, elles constituent cependant un point de vue irremplaçable sur « la science en train de se faire » et permet de rendre plus visible et peut-être aussi plus compréhensible ses processus concrets.

Déforestation : le grand saccage de la biodiversité

Dans un bel entretien avec Ruth Stégassy dans le cadre de la remarquable émission, fort justement nommée Terre à terre sur France-Culture, Francis Hallé vient y parler de son dernier ouvrage – Plaidoyer pour la forêt tropicale : sommet de la biodiversité (Actes Sud, 2014). Il y fait part de son « blues de l’expert » à l’égard du « pillage éhonté » des forêts tropicales, lequel est non seulement organisé par de grandes entreprises économiques et financiers mais également soutenu par la puissance publique, française en l’occurrence, via l’Agence française de développement, partout dans le monde. À l’encontre de cette réification de la forêt, réduite à ce qu’elle peut rapporter en espèces sonnantes et trébuchantes – cet « ossuaire d’intériorités mortes » pour reprendre l’expression de Lukács – F. Hallé insiste sur le fait que ces forêts en particulier, forêts primaires, constituent tout d’abord des réservoirs de la biodiversité mondiale et qu’elles sont aussi, comme il le dit joliment, un exercice de tous les sens (auditif olfactif, visuel, etc.). Au-delà de cette dimension pleinement politique – la vie dans la cité – du maintien de la biodiversité, il s’agit également d’une question de haute valeur scientifique: étudier et comprendre les forêts équatoriales dont la richesse – non marchande ou monétaire – est si vaste, et cela avant qu’elles ne disparaissent sous les coups de machette.

Aucune nostalgie dans le propos de Francis Hallé mais peut-être l’écho de ce célèbre poème de Baudelaire, Correspondances, dans Les Fleurs du mal, et de la promesse que nous devons retrouver :
« La nature est un temple où de vivants piliers
« Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
« L’homme y passe à travers des forêts de symboles. »

 

Pour aller plus loin

La revue de web environnement d’Anne Gouzon de la Documentation de Radio-France

Patrick Blandin, Biodiversité : l’avenir du vivant. Paris : A. Michel, 2010.

Du biologique, du social et de quelques unes de leurs relations

L’ouvrage que vient de publier Sébastien Lemerle sur « le retour du biologisme en France », Le singe, le gène et le neurone (Paris : PUF, 2014) se donne pour objet de montrer les « transferts » du champ des sciences du vivant dans celui de « la production culturelle » de masse (livres, magazines, etc.). Ces transferts portent notamment sur des grilles de lecture biologiques, ou mieux, d’inspiration biologique – « biologisantes » –, des phénomènes culturels et sociaux humains, qui ont émergé à partir des années 1970. Plus précisément, l’ouvrage entend montrer comment un discours relevant d’un champ scientifique donné, ici les sciences du vivant, lequel est aussi un système symbolique, avec ses codes, ses règles, etc., comment ce discours donc peut être « importé, exploité et transformé » en un autre type de discours dans un autre système symbolique », dans ce que l’auteur nomme ici « la production culturelle » et selon « des logiques qui échappent en grande partie » au premier système  (p. 13) – et dont il faudrait d’ailleurs envisager les rétroactions possibles.

Autrement dit, il s’agit de traiter des « processus de transferts et d’appropriations créatrices, de vulgarisation scientifique et de pensers biologisants [sic] », du champ scientifique des sciences du vivant  Cette perspective engage deux axes. D’une part la considération de tout un ensemble de « phénomènes sociaux essentiels : production des textes, diffusion, promotion, réception et réappropriation selon les horizons d’attente et les dispositions des publics. » L’ouverture, d’autre part, sur « des prolongements tant sociologiques que philosophiques, relatifs à la possibilité des sciences et singulièrement les sciences de la vie, de contribuer aux débats publics dans un cadre démocratique. » (Ibid.)

Parmi d’autres, nombreux, l’intérêt de cet ouvrage est de reposer la question du lien entre sciences et société, en particulier l’intervention des scientifiques, souvent distingués pour leurs découvertes scientifiques – par exemple les prix Nobel – dans le champ culturel, politique et social. La sphère politique institutionnelle ne s’y est d’ailleurs pas trompée, qui est clairement intervenue par une sorte de « mise en culture de la science », selon le paradigme d’une science éducatrice et donc, in fine émancipatrice (cf., ch. III, p. 149-163).1487955-gf

Pour ce qui concerne le champ des sciences du vivant, on assiste ainsi à une banalisation des explications biologisantes du social via la production culturelle, et en particulier celle des magazines d’information. Plus généralement, ce mouvement de banalisation, au sens propre de rendre commun, dénote aussi un mouvement plus profond que l’on pourrait qualifier d’expertisation et d’épistémologisation de la politique via la biologie justement. Ce mouvement fait le lien du vivant au social et permet de justifier des prises de décision politiques, sociales et culturelles, par le recours au biologique. Cette diffusion du biologisme est au reste congruente à l’importance croissante prise par la thématique de l’individualisme, à son « hégémonisation » – au sens de Gramsci (cf. p. 14) – dans la sphère politique, sociale et culturelle du « capitalisme tardif ».

Finalement, et tel est selon nous le grand intérêt de l’ouvrage, l’auteur nous donne à penser comment s’est progressivement construite, depuis le début des années 1970, une nouvelle figure de l’humanité occidentale, celle de l’homme « réellement » individuel, enfin libéré de l’infâme collectivité mutilante et totalitaire, forcément totalitaire, d’une nature déterministe. Et pour aller jusqu’au bout de cette idée, on peut dire que la dignité de l’homme, son humanité, consiste précisément à s’émanciper des déterminismes biologiques, non pour les récuser mais pour mieux en reconnaître la puissance déterministe. Ce qui, en définitive, revient à fonder en nature les comportements culturels et sociaux. Étrange libération…

 

De la génétique

Plusieurs rendez-vous récents de l’émission Continent sciences sur France Culture, ont porté sur les questions relatives à la génétique. Comme l’indiquait Jean-Jacques Kupieck dans la présentation du récent ouvrage qu’il a dirigé (La vie, et alors ?) et dont nous avons précédemment parlé sur ce blog [ici], la question des gènes et de la génétique est une question importante de la biologie contemporaine, peut-être celle qui a connu les plus profonds bouleversements ces dernières années.

Avatars renouvelés du concept de gène à propos de Jean S. Deutsch, Le gène, un concept en évolution. Paris : Éd. du Seuil, 2012 (Science ouverte)

La grande circulation des gènes voyageurs à propos de Eric Bapteste, Les gènes voyageurs : l’odyssée de l’évolution. Paris : Belin, 2013 (Regards)

L’héritage génétique modifié par les processus épigénétiques à propos de Edith Heard, Épigénétique et mémoire cellulaire : leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 13 décembre 2012. Paris : Collège de France ; Fayard, 201

Allons aux jardins…

Créée en 1987 à l’initiative de chercheurs et d’enseignants en sciences sociales et biologiques, la Société d’écologie humaine (SEH) se veut un lieu d’échange et de dialogue pour tous ceux qui s’intéressent à l’étude des relations des hommes et de leur milieu de vie, selon une perspective pluridisciplinaire donc. À cette fin, elle organise des journées scientifiques annuelles qui constituent pour des spécialistes (chercheurs, acteurs) de champs différents, pour débattre sur des questions parfois situées aux marges de leurs disciplines respectives.

C’est dans ce cadre que la SEH s’est intéressé à la question du jardin et plus particulièrement encore, à la question des jardins dans la ville, à laquelle furent consacrées ses 22e journées en juin 2010 à Brest. L’ouvrage collectif qui vient de paraître en avril 2014 aux Presses universitaires de Rennes : Les jardins dans la ville : entre nature et culture sous la direction de Marie-Jo Menozzi recueille une partie des présentations à ces journées, reprises à l’occasion de cette publication.

1398241364

Selon une approche résolument pluri- et même interdisciplinaire – articulant géographie, sociologie, analyse paysagère, ethnologie, écologie, biologie, histoire, etc. –, la question des jardins est envisagée au travers de « trois prismes » pour ici reprendre les termes de la présentation, dont l’architecture de l’ouvrage rend compte : une première partie est ainsi consacrée à la question du lien entre « Jardins et paysages », une seconde au lien entre « Jardins et espaces de vie » et une troisième et dernière aux « Jardins, espaces de biodiversité ».

La diversité revendiquée de ces approches disciplinaires, permettent de croiser et de questionner la combinaison de différents facteurs et notamment des facteurs écologiques et sociologiques autour des jardins. S’y ajoute également l’accent mis sur la diversité des situations géographiques pour élargir le regard et mettre en perspective l’évolution des jardins en France et dans le monde. On trouve ainsi, et entre autres contributions, des études sur « Le jardin créole à Fort-de-France » (Jean-Valéry Marc et Denis Martouzet), les « Community Gardens » à New-York (Sandrine Baudry) ou encore sur la structure et la typologie des jardins réunionnais de la Ravine des Cabris (Dominique Soulanc, Daniel Bley, Maryse Gaimard et Nicole Vernazza-Licht).

On signalera enfin, la contribution « philosophique » d’Eric Faure « Épicure ou la philosophie du Jardin », qui nous rappelle que la question de la nature et des liens de l’humanité à cette dernière, est assurément l’une des premières que l’humanité a du se poser. On précisera à ce propos que le thème du jardin comme le vocabulaire horticole qui lui est associé, sont centraux dans la réflexion occidentale sur l’Éducation, comme il peut se voir dans les travaux de Comenius (Jan Amos Komensky) pour qui l’institution scolaire est apparenté à une sorte de jardin.

Introduction (•) Table des matières (•) Présentation des auteurs

*

Deux lectures connexes et complémentaires

Le dossier « Nature urbanisées » de la revue Ethnologie française (2010, vol. 40, n°4)

Une étude forte intéressante de Magali Paris, paysagiste, maître-assistante associée à l’École nationale supérieure d’Architecture de Grenoble et chercheure associée au laboratoire Cresson, consacrée aux jardins domestiques : « Montre-moi ton jardin et je te dirait comment tu habites »

La vie et le vivant en débat

C’est un bel ouvrage, aux deux sens du terme, que ce livre publié sous la direction de Jean-Jacques Kupiec, lequel propose une synthèse originale sur les sciences du vivant aujourd’hui. Son originalité réside en ce qu’il est issu d’un séminaire au long cours – sept années – et résolument interdisciplinaire, réunissant des biologistes, des historiens, des philosophes. S’agissant d’un ouvrage collectif, les essais qu’il rassemble disposent d’une autonomie relative mais s’entrelacent aussi bien qu’ils se répondent. Les textes s’organisent selon une double perspective historique et théorique, chaque dimension n’excluant pas l’autre.

Un premier ensemble de textes envisage l’histoire des disciplines les plus importantes des sciences du vivant : Michel Morange, « Comment la biologie est devenue moléculaire ? » ; Camille Danzon, « La génétique : naissance d’une science de l’hérédité à l’aube du xxe siècle » ; Anne-Marie-Moulin, « Histoire croisée de la microbiologie et de l’immunologie » ; Jean-Claude Dupont, « L’embryologie : histoire et perspectives » ; Jean-Jacques Kupiec, « Histoire de l’évolution : un long fleuve tranquille ? » ; Patrick Matagne, « Naissance de l’écologie ».

Une seconde série propose une analyse de concepts fondamentaux ou centraux dans les sciences du vivant, sources de débats et de discussion dans le champ des sciences du vivant comme dans celui de ses réflexions philosophiques, plurielles. On notera que plusieurs niveaux de réalité sont investigués, des plus micro aux plus macro : M. Morange, « Peut-on définir la vie ? » ; Gérard Lambert et Marc Silberstein, « À la recherche de l’unité du vivant : la théorie cellulaire » ; Richard M. Burian, « Qu’est-ce qu’un gène : la fin d’une évidence ? » ; Thomas Heams, « Existe t-il un programme6148_vie_couv.indd génétique ? » ; Thomas Pradeu, « Critique du soi et du non-soi en immunologie » ; Jean-Gaël Barbara, « La physiologie : vers une nouvelle interdisciplinarité ? » ; Matteo Mossio, « Qu’est-ce qu’une fonction biologique ? » ; Charles T. Wolfe, « L’organisme : un concept hybride et polémique » ; Guillaume Lecointre, « Classer les espèces : une question cruciale de la biologie » ; P. Matagne, « L’écosystème : une notion qui pose problème ».

S’agissant d’un ouvrage collectif, les textes disposent d’une relative autonomie, en termes de tonalité épistémologique, théorique et stylistique. Et cette diversité est fructueuse en ce qu’elle montre in actu la réalité et la vitalité d’un champ de recherches qui se questionne et qui questionne aussi la philosophie et l’histoire des sciences.

 

Jean-Jacques Kupiec (dir.), La vie et alors ? Débats passionnés d’hier et aujourd’hui. Paris : Belin 2013, 415 p. (Pour la science).

 

Textures des savoirs

Ce carnet se veut un blog pluridisciplinaire et plurithématique associé à l’équipe ACCES (Actualisation continue des connaissances des enseignants de sciences) de l’Institut français de l’Éducation (IFÉ, ENS de Lyon). Il s’agit de rendre compte de publications, imprimées, électroniques, audio-visuelles, notamment dans le champ des sciences de la vie de la Terre avec des incursions possibles dans le champ des sciences physiques, du point de vue de la philosophie, de l’épistémologie, de l’histoire des sciences, de l’anthropologie, de la sociologie et des sciences de l’éducation. Il s’agit de croiser et de faire se croiser des approches différentes: il s’agit d’une médiation pratique des savoirs, essentiellement mais pas seulement discursifs et, ce faisant, de contribuer à une réflexion sur la thématique même de la médiation des savoirs du point de vue de l’« interdiscipline » des sciences de l’éducation.
Un travail de veille documentaire et scientifique a été commencé (http://acces.ens-lyon.fr/acces/societe/veille-documentaire-et-scientifique/), lequel est toutefois peu trop « sec », puisque les ressources sont indiquées sans commentaires ni présentation. Ce travail est surtout dépourvu de toute interactivité réelle puisque aucun commentaire n’est réellement possible.

Un carnet utilisant Hypotheses.org – A Hypotheses.org notebook