De la nature, de l’humanité et des jardins…

Le jardin est à la mode. Non pas seulement parce que c’est le printemps qui revient mais que, après les différentes manifestations liées à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la désormais fameuse COP 21, un regain d’intérêt se manifeste pour ce qui touche à notre environnement dans sa dimension la plus proximale, et dont le jardin est la figuration la plus exemplaire peut-être.

Nous avons déjà eu l’occasion de parler des jardins dans un couv_jardinHommesprécédent billet Allons aux jardins. Signalons la récente parution de ce livre à trois voix  de Gilles Clément, Michael Lonsdale, Jean-Marie Pelt édité par Patrick Scheyder, Des jardins et des hommes aux éditions Bayard. « Quoi de commun entre ces trois auteurs ? » interroge l’éditeur en présentation de cet ouvrage. « Leur amour des jardins, qu’ils veulent défendre et promouvoir. » Chacun raconte ainsi dans un texte  personnel et intime en un sens, la relation qu’il entretient avec le jardin. « Pour Michael Lonsdale, le jardin renvoie à l’enfance, à certains films tournés en Angleterre, à la méditation autour de figures chrétiennes telles que sainte Thérèse ou François d’Assise. Il évoque pour Jean-Marie Pelt un grand-père merveilleux qui le lui a fait découvrir et qui l’a conduit à la recherche scientifique et la découverte de l’écologie. Il voit dans le jardinier celui qui sait faire vivre ensemble les plantes qui s’aiment. Pour Gilles Clément, le jardin est un espace d’expression, de contestation, de remise en cause de la société de consommation. »

Signalons aussi cette initiative de l’équipe ACCES de l’IFÉ dans le affiche_28avril2016_vignettecadre d’une journée de formation académique le jeudi 28 avril 2016 Le jardin : un projet au cœur de l’EDD. Cette formation a pour but d’accompagner les enseignants de cycle 3 et 4 et leurs collègues dans la conception et la mise en œuvre de projets pédagogiques transversaux dans et hors les murs de la classe à partir d’un objet de connaissances et de formation : le jardin. Elle rejoint la démarche décloisonnée de l’éducation au développement durable, en proposant aux enseignants de les aider à la fois dans la conception et la mise en œuvre de la pédagogie de projet et en présentant les passerelles envisageables avec des partenaires scientifiques et associatifs. Il s’agira également de présenter des outils numériques (site collaboratif, livret numérique, application) et de former les enseignants à leur utilisation par les élèves en classe et sur le terrain. Il s’agira enfin pour l’enseignant d’investir le jardin de l’ENS de Lyon pour expérimenter, tester, échanger sur ses pratiques.

Nous nous permettons également de signaler aussi cette note de réflexion « Sur la symbolique du jardin et de l’horticulture en éducation : Notes pour une recherche » rédigée dans la foulée d’une réflexion de l’usage du jardin de l’ENS de Lyon comme un espace de réflexion et comme un support d’activités pédagogiques.

Enfin, sur un registre plus scientifique, signalons d’abord la parution de ce Guide des Humanités environnementales édité par Aurélie Choné, Isabelle Hajek et Philippe Hamman, publié aux éditions du Septentrion.27574100453190L « L’ampleur des changements environnementaux est aujourd’hui bien établie. Face à cette situation inédite dans l’histoire de l’humanité, quels “cadres” et catégories mobiliser pour penser ces bouleversements et guider l’action ?
La mise en évidence de l’origine humaine de ces changements et la critique du dualisme Nature/Culture ont conduit à souligner les limites d’approches strictement scientifiques et techniques. C’est pourquoi le présent guide propose un état inédit et original des savoirs des Lettres et Sciences Humaines et Sociales sur la nature. Il rassemble les travaux de spécialistes (civilisation, ethnologie, géographie, histoire, littérature, philosophie, psychologie, sociologie, science politique, urbanisme…) afin de montrer comment l’idée de nature, dans les défis qu’elle adresse aux sociétés contemporaines, reconfigure les cadres de pensée, les disciplines et leurs objets pour produire de nouveaux champs de questionnements et de pratiques qui marquent l’émergence des Humanités environnementales. » [Présentation de l’éditeur]

Signalons ensuite la parution du dernier numéro (2016, n° 1) de la vénérable Revue de métaphysique et de morale qui porte sur la question « Éthique et gouvernance du climat ». RMM_161_L204Comme le souligne fort justement Bernard Reber dans les premiers pas de sa présentation du numéro : « s’il a fallu beaucoup de peine pour constituer le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), prendre en compte ses rapports et améliorer son fonctionnement, le travail sans précédent de coordination entre États en nécessitera bien davantage, notamment parce qu’il s’engage sur des durées longues dans une sorte de cosmopolitisme de défi ou de péril commun sans précédent […] Le climat n’a pas d’éthique à proprement parler, mais c’est plutôt l’accélération et l’ampleur du réchauffement de sa température globale dû au forçage externe des activités humaines qui posent des questions éthiques. »


Une réflexion au sujet de « De la nature, de l’humanité et des jardins… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *