Le climax du climat ?

Par calcul ou par conviction, la question du climat et de ses changements, ou plutôt, et mieux, des conséquences multilatérales des changements affectant le climat de la planète, semble être dorénavant au centre de l’agenda « politique », essentiellement des pays occidentaux. « La maison brûle » pût ainsi s’exclamer un ancien président de la République française mais « nous regardons ailleurs » concluait-il dramatiquement. C’était il y a déjà quelques années et si, manifestement, la maison continue de se consumer, il semblerait qu’on ne regarde plus ailleurs – fût-il rhétorique et de pure majesté, le nous est en effet par trop englobant et dissolvant de toute responsabilité spécifique finalement.SN-BSM_Clement

Si donc le temps politique, ou plus exactement médiatique-politique est, sinon karstique au moins fluctuant, le temps de la réflexion est plus stable et plus ordonné. Plusieurs bons ouvrages ont récemment paru sur cette vaste question. On songe notamment à celui de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène : la Terre, l’histoire et nous (Paris : Éd. du Seuil, 2013) qui propose une mise en perspective historique et théorique de la question des changements du climat. Il a l’immense mérite de souligner que cette question n’est d’abord pas récente, que nos ancêtres se sont déjà posés, dès le XVIIIe siècle cette question de l’influence de l’homme et de ses impacts sur la Terre.

Hormis cet ouvrage qui n’incline pas au quiétisme, et c’est tant mieux, nous voudrions en signaler deux autres en anglais. L’un, qui est déjà un peu ancien, ce qui ne veut pas dire qu’il soit obsolète, du sociologue britannique Anthony Giddens, The Politics of Climate Change (Cambridge : Polity Press, 2011) – qui est en fait une seconde édition complètement révisée et mise à jour par l’auteur, d’un ouvrage initialement publié en 2008 – et l’autre plus récent de l’économiste Nicholas Stern, Why Are We Waiting? The Logic, Urgency, and Promise of Tackling Climate Change (Cambridge [Mass.] : MIT Press, 2015) abordent cette question dirimante s’il en est une pour l’avenir, non plus seulement de nos formations socio-économiques occidentales, et – faut-il le préciser ? –, capitalistes, mais bien l’humanité au sens large et peut-être même aussi, de manière radicalement radicale, la vie sur Terre.

NDLR | Ce billet a été rédigé en septembre 2015 et malheureusement omis par la rédaction d’une contribution pour une initiative autour de la conférence sur le changement climatique de Paris (novembre 2015) – COP in My City – laquelle s’est déroulée à l’Institut français de l’Éducation (IFÉ-ENS de Lyon) le 19 novembre 2015 et a été organisée en collaboration par les associations étudiantes Avenir Climatique et CliMates, le REFEDD et l’équipe ACCES (IFÉ-ENS de Lyon)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *