Qu’est-ce que savoir ?

Telle est, au fond, la question qui parcourt deux ouvrages qui viennent de paraître, sur lesquels nous reviendrons plus complètement dans ce carnet.

La distinction des savoirs sous la direction de Bernard Walliser (Paris : Éd. de l’EHESS, 2015 ; coll. « Enquête », n° 11).
BW_distinction-savoirsÀ partir de cas concrets — l’épidémie de grippe H1N1, la gouvernance, les dictionnaires, la finance, etc., les auteurs s’intéressent aux va-et-vient entre connaissance savante et connaissance ordinaire.
La connaissance savante s’élabore dans les milieux académiques et revendique des qualités particulières de cohérence et de vérité.La connaissance vulgaire ou ordinaire est produite tant par les médias, les professions, que par le public non spécialisé, en manifestant des propriétés conditionnées par son usage courant. Elles peuvent être comparées sur un certain nombre de critères, en mettant en évidence la frontière souvent floue et perméable qui les sépare. Surtout, la première influence la seconde par un processus de vulgarisation et, plus profondément, par la performativité qu’elle exerce à travers des dispositifs techniques.En sens inverse, la seconde inspire la première par un processus de savantisation qui décante et abstrait ses concepts et mécanismes les plus originaux.Ce processus bouclé, qui ne saurait converger, est illustré par des exemples puisés dans dix sciences sociales.

TABLE DES MATIÈRES
Introduction
Pierre Livet | Un problème d’incompréhension entre connaissance scientifique et savoir ordinaire. Le traitement de l’incertitude
Claire Beyssade | La langue. Entre usage quotidien et objet de connaissance
Christophe Prochasson | Savoirs ordinaires et savoirs savants chez les historiens. Alliances, concurrences et exclusions
Denise Pumain | La dynamique des villes. Analyses savantes et pratiques d’acteurs
Alain Gallay | Pensée scientifique et pensée vulgaire en archéologie pré- et protohistorique. La perspective logiciste
Wiktor Stoczkowski
Les sciences sociales ont-elles peur de l’ordinaire ? La connaissance ordinaire et la fascination pour l’extraordinaire
Daniel Courgeau | Démographie et probabilité. Rejets et avancées lors de leur développement
Bernard Walliser | Quand les croyances gouvernent le monde économique
Philippe Steiner | Les sociologues et les formes de la connaissance
Jean-Pierre Gaudin | Ce dont la gouvernance est le nom
Robert Franck | Faut-il se défaire des connaissances vulgaires dans la recherche ?
Conclusion
*
*      *

Apparenter la pensée ? Vers une phylogénie des concepts savants, sous la direction de Pascal Charbonnat, Mahé Ben Hamed et Guillaume Lecointre (Paris : Éd. Matériologiques, 2014 ; coll. « Science et philosophie »),arton158-29041 dont certaines études qui le composent ont fait l’objet d’une présentation lors d’une journée d’études de l’ANR Anthropos, portant sur le même thème, qui s’est déroulée à l’ENS de Lyon le 13 mars 2014.

TABLE DES MATIÈRES
Introduction
Apparenter la pensée ? Saisir l’évolution et la phylogénie des concepts savants par Mahé Ben Hamed, Pascal Charbonnat, Guillaume Lecointre
Vers une phylogénie des concepts savants : illustration par la « génération spontanée » par Pascal Charbonnat
Qu’est-ce qu’un arbre des idées ? Explicitation des notions d’arbre et de phylogénie et histoire des représentations de l’arbre par Marie Fisler, Cédric Crémière, Guillaume Lecointre
Comment reconstruire la préhistoire des mythes ? Applications d’outils phylogénétiques à une tradition orale par Julien d’Huy & Jean-Loïc Le Quellec
Regards (phylo-)linguistiques sur l’évolution des concepts scientifiques par Mahé Ben Hamed
Fouille de données textuelles et recherche documentaire automatiques pour l’histoire des théories linguistiques par Nadège Lechevrel
Échafauder une phylogénie des concepts scientifiques grâce aux outils d’étude de l’information biologique par Livio Riboli-Sasco
Résumés/Abstracts
Les auteurs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *