Au (bel) hasard de la réflexion

C’est, aux deux sens du terme, un bel ouvrage que nous propose Francesca Merlin, sur la notion de hasard en biologie. Un bel ouvrage parce qu’il ne s’engage pas dans l’hémiplégie mutilante d’une perspective strictement biologique ou, réciproquement, une perspective qui serait strictement philosophique mais envisage au contraire la question simultanément sur les deux plans.

mutations-et-aleasSon objet concerne le rôle dévolu au hasard dans la théorie moderne de l’évolution, question qui est l’une des cibles majeures des critiques adressées à cette théorie. Rappelons brièvement que, pour Darwin, le hasard s’explique selon deux thèses, qui ne sont pas nécessairement antinomiques. Soit, donc, comme des variations dues au hasard, dans le sens d’une ignorance des causes desdites variations ou soit, comme le caractère intrinsèquement atéléologique du processus de l’évolution.

F. Merlin propose une analyse philosophique des notions du hasard invoquées par les biologistes aujourd’hui dans deux domaines : la théorie de l’évolution et la biologie moléculaire, dont le rôle est estimé central dans le monde biologique puisqu’il est le moteur de l’évolution naturelle et le facteur fondamental de l’origine de la vie. Mais qu’est-ce que le hasard ? Répondre à cette question est une urgence précisément en raison de la place centrale de cette question dans la théorie biologique contemporaine.

Les être vivants sont des êtres à histoire aux plans onto- et phylogénétiques et c’est cette dimension ontologiquement historique des êtres vivants qui confère à la notion de hasard un rôle aussi centrale en biologie.

Selon F. Merlin, l’une des principales voies d’entrée de la notion de hasard en biologie, notamment la biologie évolutionnaire, c’est la variation des organismes vivants et des processus qui en sont à l’origine. Le rôle accordé au hasard par Darwin a d’abord une visée anti-finaliste ou anti-téléologique : contre le transformisme de Lamarck et contre les théories orthogénétiques.

La théorie moderne de l’évolution est une reformulation dans les termes de la génétique moléculaire, où le phénomène de mutation conserve une place centrale. La mutation est à la fois une source de variations et un processus aléatoire. Et l’objet cardinal de l’ouvrage est le suivant : la mutation génétique et plus exactement la caractérisation de cette source de variation en tant que fruit du hasard.

Deux raisons, enchâssées, président à ce choix : l’idée selon laquelle les mutation sont le fruit du hasard n’est pas « claire et distincte » pour reprendre une formule fameuse de Descartes. Il y a donc, et c’est la seconde raison, une variété sémantique du terme qui renvoie à une variété conceptuelle sous-jacente dont il s’agit de dissiper les ambiguïtés.

Le hasard peut en effet désigner, selon F. Merlin plusieurs choses de manière disjonctive : l’ignorance des causes, l’absence de plan originel, la rencontre de séries causales ontologiquement indépendantes l’une de l’autre, l’instabilité propre au système qui l’engendre, la complexité computationnelle et son imprédictibilité.

Il s’agit donc de clarifier les sémantiques plurielles du hasard, que le débat sur le lien entre hasard et variation en biologie ces dernières années a relancé. Car, dans la « synthèse moderne » de la théorie de l’évolution, l’idée que toute modification du matériel génétique héréditaire est le fruit du hasard se voit remise en cause par les avancées de la biologie moléculaire.

Francesca Merlin, Mutations et aléas: le hasard dans la théorie de l’évolution. Paris : Hermann, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *